Le mulching

Le mulching

Que vous invoque Mulching ?

Ce mot plutôt barbare signifie « paillage » en anglais. Pratiqué depuis de nombreuses années, ce paillage naturel est un principe tendance répondant à nos préoccupations actuelles écologiques et économiques.

Toute personne s’intéressant de près ou de loin aux robots tondeuses sait en quoi consiste le mulching. Derrière ce nom qui fait plus penser à un sport hivernal qu’au jardinage se cache une technique de tonte qui permet de supprimer l’étape de ramassage d’herbe. Toutes les tondeuses robots utilisent le mulching comme méthode, ainsi elles ne doivent pas être encombrées de collecteur et elles assurent leur autonomie totale.

En plus de supprimer le stockage de déchets, le mulching améliore la qualité de votre pelouse en agissant comme un paillis protecteur et un fertilisant naturel. Le mulching nécessitant une tonte régulière, les robots tondeuses sont particulièrement adaptés pour ce genre de traitement.

En un seul passage de la tondeuse, redonnez à votre gazon un aspect impeccable, apportez lui un paillis protecteur contre la sécheresse et un engrais naturel gratuit ! Tout cela est rendu possible avec le mulching ! Déjà intégré à la tondeuse ou en kit, le mulching reste dans le même esprit que le recyclage, le compostage,… Écologique, pratique et économique, il consiste à réduire en fines particules l’herbe tondue et à la redéposer au sol. Découvrez ce nouveau procédé de tonte.

Le mulching a 2 objectifs :

  • Économique : vous permettra de venir à bout de vos déchets de tonte (évacuation et déchetterie)
  • Écologique : grâce au broyage de l’herbe, transformée en engrais vert.

Le principe du mulching lors de la tonte permet à l’herbe d’être broyée en fines particules grâce à la lame de la tondeuse, pour être déposées sur le gazon et ainsi fertiliser le sol. Voici le déroulement des étapes pour mieux comprendre ce principe :

Mulching : définition

Le mulching est une technique de tonte sans ramassage de l’herbe. La tondeuse mulcheuse coupe l’herbe tondue en infimes parties qui sont redéposées sur la pelouse. Un bon mulching ne se voit pas !

Comment ? Le profil de la lame et la forme spéciale du carter produisent une dépression d’air à l’intérieur du plateau de coupe, qui transporte plusieurs fois l’herbe coupée entre la lame jusqu’à ce qu’elle soit finement hachée. Ce faisant, l’herbe coupée disparait.

Avantages et inconvénients du Mulching :

 

  • Le bac de ramassage n’est plus à vider et il n’y a plus de production de déchets verts. La technique supprime le besoin de compostage ou les déplacements à la déchetterie.
  • Le gazon n’est pas à fertiliser, car l’herbe reste sur place. Le mulch est un engrais naturel. En fertilisant le sol, il libère l’azote qui renforce la verdure du gazon et sa densité.
  • L’herbe hachée se comporte en paillis protecteur contre la sécheresse. De surcroît, elle apporte son humidité à la pelouse puisqu’elle contient 95% d’eau. Les besoins d’arrosage sont alors réduits ; l’été, le mulching évite ou retarde le jaunissement de la pelouse, en particulier si l’herbe n’est pas tondue trop rase.
  • Les particules d’herbe s’insèrent entre les brins du gazon et ne laissent pas de poussières d’herbes sur les pieds.

 

Les robots tondeuses ou tondeuses autonomes, fonctionnent nécessairement en mulching, puisqu’ils ne disposent pas de bac de ramassage intégré.

Utilisation supplémentaire

À l’automne, le mulching permet de broyer les feuilles tombées sur le sol avec l’herbe à couper. Les fragments de feuilles très fins glissent alors entre les touffes d’herbe et nourrissent la pelouse mais aussi les racines des arbres et arbustes qui s’étendent sous la pelouse.

Inconvénients

  • pelouse-mulchingLe mulching n’est pas praticable lorsque l’herbe est haute ; il faut alors utiliser la tonte classique avec le bac de ramassage, puis reprendre le mulching à la tonte suivante.
  • Le gazon pousse plus vite, puisque le mulch fertilise le sol, d’où une fréquence accrue des tontes, jusqu’à deux à trois fois par semaine au printemps. Cela signifie un entretien plus régulier.
  • Le mulching ne représente pas de fait une économie de temps sur les heures de tonte, en dépit de l’élimination du ramassage et du traitement des déchets verts.
  • Une tonte uniquement en mode mulching peut produire plus de mal que de bien, car une très grande quantité de matériaux biodégradables va rester sur le sol ; ils peuvent finir par produire un feutre qui aura du mal à se décomposer, étouffe l’herbe et l’empêche de respirer ; c’est alors une porte d’entrée pour les mousses et mauvaises herbes qui s’empressent d’occuper les espaces béants, d’où la nécessité de suivre cette pratique avec attention et d’alterner si besoin est le mulching avec des phases de ramassage de l’herbe et compostage.
  • La tonte traditionnelle est plus souple pour les délais entre passages de la tondeuse comme pour la hauteur de travail. Le mulching est optimal lorsque le gazon est de 70 mm, avec une hauteur de coupe de 15 mm (soit une herbe coupée à 85 mm)
  • Le mulching ne doit pas être pratiqué avec de l’herbe humide, car il génère des paquets et du bourrage : il ne sera donc pas réalisé le matin après la rosée ou s’il a plu la veille.
  • Il doit être réalisé avec rigueur (voire chapitre ‘Précautions’), faute de quoi la qualité de la pelouse en pâtit.
  • L’herbe ne va plus enrichir plus le compost du jardin, sauf au printemps lorsque les tontes sont rapprochées ou par prélèvement volontaire d’une partie de la tonte.
  • Le mulching pourrait disséminer d’avantage les mauvaises graines du jardin, puisque les adventices ne sont plus ramassées. Dès lors la tonte classique doit être privilégiée si les mauvaises herbes de la pelouse sont montées en graines.
  • La pelouse doit être dégagée des débris végétaux ou pierres qui pourraient endommager la lame à ces hauteurs de tonte7.
  • La tonte ne doit pas être trop courte (les 70 mm évoqués précédemment) ; pour se décomposer le mulch a besoin d’oxygène et surtout d’humidité, ce qui devient difficile s’il n’est plus protégé par un tapis d’herbe. La tonte haute prive également les adventices d’espace pour se développer.
  • Le mulch peut entraîner une hausse de la population d’escargots et de limaces, particulièrement si le temps est humide9, d’où la nécessité d’être vigilant avec l’espace potager.
  • La tonte nécessite l’entretien du carter de coupe à chaque utilisation, car l’herbe finement hachée colle au carter ; elle y forme une pellicule, qui durcit en séchant. Sans nettoyage, celle-ci va rapidement entraver le travail de coupe.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *