Keecker débarque enfin dans nos maisons

Keecker débarque enfin dans nos maisons

Après 5 ans de développement et 3 ans de retard sur le calendrier initial, la jeune société française Keecker lance enfin son robot vidéoprojecteur mobile, et à un prix moins élevé que prévu.

Keecker, le robot loisir par excellence

Avec son air de R2D2, le petit Keecker veut amener la robotique dans les maisons. Ce vidéoprojecteur ambulant et autonome transporte avec lui la télévision, la sono et du contenu illimité. Il sert aussi à surveiller les enfants rentrés de l’école ou le chien laissé seul, ou encore à contrôler la température des pièces de la maison

Les robots aspirent déjà les sols de nos maisons. Demain, ils remplaceront peut- être nos téléviseurs et nos consoles de jeux vidéo. Keecker, conçu par la start-up parisienne du même nom, associe un vidéoprojecteur et des enceintes à un système d’exploitation sous Android, ainsi qu’à de petites roues similaires à celles d’un robot aspirateur. Ressemblant au croisement d’un gros oeuf blanc et du R2D2 de « Star Wars « , Keecker mesure 40 centimètres pour un poids de 12 kilos. Piloté par un smartphone ou une tablette, il se promène dans la maison et affiche les images, au choix, sur les murs ou le plafond. Une caméra permet aussi la vidéoconférence ou la surveillance de maison à distance. « L’idée est de rassembler en un seul objet, capable de se déplacer, la plupart des technologies de la maison connectée « , explique Pierre Lebeau, fondateur et PDG de Keecker.

Keecker, le robot/vidéoprojecteur mobile/plateforme multimédia de la société française éponyme, fondée par un ancien de Google, est enfin disponible à la vente. « Enfin » car il est le fruit de 5 ans de travail et devait initialement être lancé fin 2014 après une campagne de financement participatif.

Ce gros œuf à roulettes de 38 cm de hauteur est d’abord un ordinateur qui se déplace. À l’intérieur de Keecker, un processeur Qualcomm Snapdragon 820, jusqu’à 160 Go de mémoire et un système d’exploitation Android… mais pas d’écran. Il est remplacé par un vidéoprojecteur (DLP Texas Instruments), d’une définition HD. Orientable à 90°, il peut projeter son image sur n’importe quelle surface verticale, ou le plafond, et réalise lui-même la mise au point.

L’engin n’est cependant pas réductible à un vidéoprojecteur. « L’idée est de regrouper dans un unique appareil simple à utiliser ce qui est actuellement confié à de multiples autres supports : regarder un film, écouter de la musique, lire les mails, surveiller la maison quand on n’est pas là… », résume Pierre Lebeau, fondateur de l’entreprise.

Un vidéoprojecteur mobile, mais pas que !

Le robot, doté selon la marque d’un vidéoprojecteur à LED HD délivrant une luminosité de 1000 lumens, a la particularité de pouvoir se déplacer dans la maison pour afficher des contenus vidéo (stockés sur son disque dur ou en streaming via Wi-Fi), photo ou autres sur n’importe quel mur, et même au plafond grâce à son optique motorisée orientable à 90°. Bien sûr, il peut aussi passer de la musique en se connectant à votre smartphone par Bluetooth grâce à 4 enceintes et un caisson permettant d’atteindre 117 décibels.

Commande et surveillance à distance

Le robot de 8 kg est muni de plusieurs capteurs, à commencer par une caméra placée au point le plus haut. Elle filme sur 360° et peut servir de plusieurs manières. Keecker devient un outil de surveillance de la maison puisqu’il peut être commandé à distance par un smartphone. Un capteur d’humidité renseignera aussi, par exemple, sur l’air de la maison. Son autonomie est d’environ six heures avec tous les systèmes allumés, y compris le vidéoprojecteur. Il est cependant inutile de le recharger puisque le robot gère l’opération lui-même et ira trouver seul son chargeur.

Ses concepteurs entendent faire évoluer leur produit. « Nous cherchons à le rendre proactif. Pour qu’il émette lui-même des alertes ou qu’il soit capable, par exemple, d’aller diffuser la radio le matin dans la cuisine quand la famille prépare le petit déjeuner. » Le concept de Keecker est celui d’un assistant domestique et aussi de la centralisation de la domotique. En soi, l’idée n’est pas nouvelle mais elle est longtemps restée difficilement réalisable avec des impératifs de coût et de performances raisonnables. Les technologies actuelles, notamment la connectivité et l’implantation d’une intelligence artificielle, commencent à la rendre possible. Keecker montre sans doute une voie prometteuse…

Pour se déplacer, il doit cartographier votre domicile à la manière des robots aspirateurs, mais il ne bougera pas tout seul : vous devez en effet lui demander de le faire par commande vocale, ou bien le piloter manuellement avec votre mobile. Il est en revanche capable de se rendre seul à sa station de charge. Aussi, notez que l’appareil dispose d’une caméra à 360° permettant de mener des vidéo-conférences ou de surveiller son domicile à distance.

Keecker se déplace de manière autonome

En fait, ses usages sont nombreux et la difficulté est de présenter Keecker sous tous ses aspects… Comme une tablette Android, le robot embarque du contenu et peut aussi devenir enceinte mobile pour écouter de la musique dans différents endroits. Il la diffusera en qualité 4.1.

Ce robot domestique se pilote essentiellement à l’aide d’un smartphone grâce à une application dédiée. Il se commande aussi à la voix et cartographie lui-même la maison. On peut donc, par exemple, lui demander d’aller dans une certaine pièce et d’y projeter Netflix sur le plafond. Autonome dans ses déplacements, Keecker ne tombera pas dans un escalier et évite les obstacles, même s’il se déplace plutôt vite pour un engin d’intérieur, « à 2 km/h ».

Android TV 7, 6h d’autonomie à plein régime

Haut de 38,8cm pour 37,8cm de large, 39,7cm de long et un poids de 8,5kg, Keecker est animé par Android TV 7 et possède un processeur Snapdragon 820 accompagné de 3Go de mémoire vive. Il est également doté d’un GPS et d’une flopée d’autres capteurs, ainsi que d’une batterie de 12Ah promettant 6 heures d’autonomie en usage intensif, 3 jours en usage modéré et jusqu’à 7 jours en vidéosurveillance uniquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *