Comment choisir un robot aspirateur ?

Comment choisir un robot aspirateur ?

Les aspirateurs robots réalisent un véritable rêve : ne plus avoir besoin de passer l’aspirateur ! Un aspirateur robot se déplace tout seul dans votre habitation, et aspire et balaie la poussière. Il ne demande que peu d’attention, même si il faut parfois passer du temps à comprendre son fonctionnement et à le régler. Les aspirateurs robots utilisent en général un combinaison de brosses rotatives et d’aspiration : les brosses ramènent les poussières vers le centre de l’aspirateur, puis la stockent dans le bac à poussières.

La plupart les aspirateurs robots sont capables de rentrer automatiquement à leur station pour se recharger. Ils se déplacent dans les pièces et changent de direction lorsqu’ils rencontrent un obstacle, où pour les plus récents lorsqu’ils détectent des marches d’escalier, ce qui leur évite de tomber. Du fait de leur petite taille (moins de 10 cm de hauteur), ils peuvent nettoyer sous les meubles et sous les lits, dans des endroits difficiles d’accès pour les aspirateurs classiques.

La puissance d’aspiration est très inférieure à celle des aspirateurs classiques, et le nettoyage laisse parfois à désirer. Les aspirateurs robots permettent un nettoyage régulier des sols et sont un bon complément des aspirateurs classiques, mais pour un résultat parfait il faut tout de même passer l’aspirateur soi-même de temps en temps pour les coins et les plinthes.

Les aspirateurs robots sont chers, mais leur prix a bien baissé depuis quelques années : la majorité sont vendus à des prix compris entre 300 et 500 euros, et la baisse des prix devrait se poursuivre.

Nos conseils pour bien choisir

Avant de se lancer, il est important de prendre en compte quelques critères essentiels. Le premier est le format de l’appareil. Si votre pièce est très encombrée, qu’elle contient beaucoup de meubles bas, il faudra privilégier les appareils étroits (environ 30 cm) et assez fins (moins de 9 cm de haut), voire très fins. Mais attention, ces derniers ne sont généralement pas les plus puissants ni les plus à l’aise sur les sols de type moquette ou gros tapis. Par ailleurs, leur petit réservoir impose de les vider plus régulièrement.

Les facteurs à considérer lors de votre achat

Afin de choisir au mieux votre robot aspirateur vous devez tenir compte de vos facteurs personnels. Il y a bien évidement et tout d’abord le budget que vous souhaitez consacrer à cet achat. D’autre part, vous devez aussi considérer la surface de votre maison ou appartement à aspirer, car un appartement de 30m2 ne nécessitera pas la même puissance et autonomie qu’une maison de 200 m2. Toutefois il ne faut pas oublier que vous aurez un produit égal à la somme que vous souhaitez dépenser, mais en fonction de vos besoins un modèle à petit prix peut très bien vous convenir.

Autres critères à considérer

Tout d’abord le bruit du robot aspirateur, est il trop bruyant, s’il fonctionne durant 1h non stop? Le robot est-il facile d’entretien ? Peut-il s’adapter à ma surface à nettoyer? (Gérer les meubles, les escaliers ou les dénivelés).

La polyvalence des aspirateurs robots tient surtout à leur niveau d’équipement. Les plus évolués intègrent une, voire deux caméras, pour se repérer au mieux dans les pièces dans lesquelles ils évoluent. Chez Neato, Xiaomi et Ecovacsc’est une autre technologie très efficace qui est à l’œuvre, à savoir un télémètre laser. Chez iRobot etLG, d’autres capteurs se chargent d’analyser le sol à chaque passage pour savoir s’il est bien propre.

Les appareils les plus perfectionnés, comme le Deebot R95MKII  de Ecovacs ou le Xiaomi Mi Robot utilisent leur connexion Wi-Fi pour afficher la cartographie de la pièce sur l’application mobile associée.

Le type et le nombre de brosses livrées avec l’aspirateur sont aussi très importants. Si vous avez des chats ou des chiens, préférez les modèles identifiés comme étant adaptés aux poils d’animaux. Certains modèles, tels que l’Ozmo 930 et le Deebot R98MKII, proposent même des systèmes d’aspiration directe, dépourvus de brosse centrale pour éviter que les longs poils ne s’y emmêlent. Et c’est valable aussi pour les longs cheveux.
Ne négligez pas la présence de « brossettes » d’angles. Que l’aspirateur en ait une ou deux, celles-ci sont – généralement – placées sur l’avant de l’appareil et facilitent le nettoyage au niveau des plinthes et pieds de meubles.

Enfin, l’autonomie et l’offre d’accessoires entrent également en ligne de compte pour faire le bon choix. D’ailleurs, nous avons été agréablement surpris par l’endurance moyenne mesurée sur les appareils : 1 h 25 environ. Concernant les accessoires, si la maison est très grande, il faudra vous intéresser aux robots livrés avec des « murs virtuels » ou la possibilité de délimiter le champ d’action de l’aspirateur via l’application mobile. Dans le premier cas, les murs virtuels se présentent sous la forme de plots ou de bandes à dérouler au sol. Dans le cas de l’application mobile, il suffit de créer des barrières sur la cartographie établie par l’aspirateur et accessible via le smartphone.

Les différents types d’aspirateurs

Il existe 2 différents types de robots aspirateurs : ceux qui naviguent de façon aléatoire et qui n’ont pas cartographié le plan de votre maison et ceux plus intelligents qui reconnaissent la configuration de votre maison avec une navigation méthodique. Pour les robots aspirateurs à navigation méthodique ils nettoient des surfaces planes comme du parquet, lino ou  carrelage de 100m² en 1h00. Cependant si vous avez de la moquette ou des tapis, votre aspirateur prendra plus de temps. Il dispose d’une autonomie pouvant aller jusqu’à 1h40. Ce type de robot aspirateur peut aussi revenir seul à sa base de chargement lorsqu’il est à cours de batterie et peut reprendre son travail la ou il s’était arrêté avant de se recharger Les aspirateurs à navigation aléatoire tel que leIRobot Roomba qui est capable de couvrir  une superficie de 60 m² au maximum. Le seul désavantage de cette navigation c’est que le robot prend son temps afin de nettoyer la surface, toutefois quand il a terminé son ménage il retourne automatiquement à sa base.

Des prix pour toutes les bourses

Comme vous pourrez le constater dans notre comparatif, les premiers prix sont abordables, ils commencent à 199 euros : il s’agit là d’appareils dotés d’éléments techniques non négligeables comme : 3 modes de nettoyage, mur virtuel, télécommande… mais en fonction de leurs caractéristiques et performances de nettoyage les prix peuvent vite devenir assez élevés pouvant atteindre les 600 euros par exemple pour les modèles les plus haut de gamme : appareils équipés de 6 modes de nettoyage, d’une caméra intégrée, d’une fonction mapping pour déterminer avec précision coins et recoins de la pièce à nettoyer entre autre.

Comment choisir son aspirateur robot ?

Les brosses

Un aspirateur robot manie une à plusieurs brosses :

  • une ou deux brosses latérales, disposées sur le côté du robot, pour nettoyer le long des murs et dans les angles en ramenant la poussière vers le centre du robot ;
  • la brosse principale, située sous le robot, pour collecter les poussières et autres fibres. Les cheveux ou poils d’animaux ont tendance à s’y enrouler et il faudra donc la nettoyer fréquemment. Elle est plus ou moins facilement amovible selon les modèles.

D’autres aspirateurs robots, comme le Rowenta Extrem Air Motion ou le Philips EasyStar, ont opté pour une aspiration directe, similaire à une brosse d’aspirateur traîneau.

Les capteurs

En ce qui concerne la programmation d’un aspirateur robot, on retrouve toujours un schéma classique. Vous retrouverez principalement deux fonctions : la première, souvent appelée « auto », « nettoyage » ou encore « normal », consiste à assurer le nettoyage complet d’une pièce. Si en revanche, vous souhaitez que le robot aspirateur se concentre sur un endroit en particulier, choisissez la deuxième fonction (« localisé » ou encore « spot »).

Les robots circulent dans la pièce et changent de direction dès qu’ils rencontrent un obstacle, le but étant de couvrir l’intégralité de la zone. Les modèles les plus sophistiqués se vantent d’utiliser des caméras, capteurs ultrasons ou infrarouges, gyroscope et autres systèmes de navigation ultraperfectionnés. Nous n’avons pas repéré de technologie franchement plus efficace qu’une autre. L’essentiel est que ça marche ! En pratique, ce n’est pas toujours le cas. Il arrive souvent aux robots de buter (sans brutalité) dans des obstacles, comme des pieds de chaises ou des vases posés à même le sol. En revanche, ils détectent bien le vide, ce qui leur évite de tomber dans les escaliers. Autre point positif, la totalité de la pièce est bien couverte (quitte à passer plusieurs fois au même endroit). Mais il ne faut pas être très regardant sur le résultat dans les angles, le long des murs ou autour des pieds de meubles.

Toutefois, en-dehors de ces programmes standards, certains appareils vous proposeront un niveau de technologie plus élevé. Certains modèles vous permettront ainsi d’ajuster la puissance motrice en fonction du sol auquel vous vous attaquez, tandis que d’autres vous permettront de planifier à l’avance quand le robot devra se mettre en marche.

La programmation

Les fabricants ont redoublé d’imagination pour proposer des technologies différentes ; des ultrasons aux gyroscopes en passant par des caméras, ces appareils innovants peuvent passer par de nombreux moyens pour couvrir votre pièce. Très honnêtement, les technologies n’impactent pas vraiment le fonctionnement des différentes machines. Celles-ci assurent un très bon travail dans une pièce, détectent le vide (pour empêcher le robot de tomber d’un escalier par exemple), mais auront quelques soucis dans les angles et autour des meubles.

La programmation des aspirateurs robots est relativement simple. Il suffit de choisir entre l’un des modes de nettoyage, comme :

  • « auto », « normal » ou « nettoyage », pour le nettoyage complet d’une pièce ;
  • « spot » ou « localisé » pour aspirer sur une zone précise (un tapis, par exemple).

Quelques modèles, comme le Rowenta Extrem Air Motion, proposent différents niveaux de puissance d’aspiration à ajuster selon le type de sol (sol dur, parquet, moquette).

Certains robots permettent de programmer un départ différé ou périodique (tous les jours, toutes les semaines…). Les modèles les plus basiques, comme le Philips EasyStar, n’ont qu’un simple bouton marche/arrêt.

La fiabilité du produit

Par « fiabilité », on entend ici la résistance dans le temps du produit. On entend effectivement souvent parler d’obsolescence programmée, si bien que l’on en vient à craindre qu’on ne soit pas en présence d’un produit fiable.

Pour tester la fiabilité d’un produit, reportez-vous aux 2 solutions suivantes. La première consiste à faire appel à des marques reconnues : Samsung, Ramboo, Darty ou encore LG sont quelques marques qui disposent d’un bon savoir-faire, vous permettant d’obtenir un produit de qualité. La deuxième solution, plus longue, consiste à vous rendre sur les différents forums, tests et autres sites d’achat pour consulter directement les avis clients.

Contenance du réservoir

Il est rare de trouver des différences fondamentales au niveau de la contenance entre les robots. Etant donné que ceux-ci restent, en effet, petits, ils ne peuvent accueillir une quantité de poussières incroyables. Pensez donc à vous tourner vers les modèles les plus optimisés si vous voulez éviter de trop souvent nettoyer et changer les filtres, ainsi que vider le contenu du réservoir.

Par ailleurs, l’entrée vers le réservoir se fera soit par le dessus soit par le dessous. Nous ne pouvons que conseiller de prendre une ouverture sur le dessus, bien plus pratique à manipuler.

Tous les aspirateurs robots fonctionnent sans sac et récupèrent la poussière dans un réservoir, directement accessible soit par le dessus du robot, soit par le dessous, ce qui est bien moins pratique. La capacité du réservoir est limitée par la nécessité de concevoir des appareils d’une taille raisonnable, puisque les robots circulent en autonomie dans la pièce. Vous devrez donc vider et nettoyer fréquemment le réservoir, ainsi que les filtres (Hepa ou non) qui y sont associés. Qui plus est, il vous faudra parfois un aspirateur traîneau pour rendre propres ses nombreux recoins ! Un point à revoir.

Durée de charge et station

Ce qui distinguera les appareils ne sera pas tant l’autonomie que la durée de charge. Effectivement, alors que certains aspirateurs robots ne demanderont qu’une heure pour une charge complète, d’autres vous demanderont d’attendre 8 heures ! Si vous voulez avoir un usage régulier de votre robot aspirateur, il est donc important que vous preniez des modèles se chargeant rapidement.

Aussi, si la plupart de ces aspirateurs  qui sont souvent en promo viennent charger sur une station, certains modèles (par exemple, le Philips EasyStar) n’ont pas de station et nécessiteront d’être branchés à une prise directement.

Les aspirateurs robots se rechargent sur une station de charge posée au sol. Comptez entre 1 h 15 et 8 h suivant les modèles pour une charge complète.

Certains robots, comme le Philips EasyStar, sont dépourvus de station. Il faut donc connecter manuellement un chargeur sur le robot. Les mieux conçus trouvent tout seul, aisément, leur station.

Une fois chargé, un robot posé sur sa base continue de consommer de l’électricité. Un bouton marche/arrêt permet de l’éteindre, limitant ainsi sa consommation en veille. Idem pour la station de charge, qui consomme tant qu’elle est branchée. Certaines sont équipées d’un bouton marche/arrêt évitant d’avoir à les débrancher. Pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *